“Si vous aimez les enfants, n’en faîtes pas”.

Je viens de terminer “Eloge de la dénatalité” de M. Tarrier. Je pensais lire ça en plusieurs fois, mais je ne sais comment je me suis retrouvée à digérer tout le texte d’un trait. Enfin, digérer..

Je ne suis pas la plus écolo des terriennes, mais je commence de plus en plus à m’inquiéter quant aux crises énergétiques (et surtout aux conflits que ça va engendrer). Je crois que ma 1ère prise de conscience sur le sujet remonte au moment où j’ai entendu parler de la future et hypothétique “Guerre de l’eau”, qui devrait avoir lieu (d’après les spécialistes) d’ici 30 ans environ. Avouez-le, le nom est bien curieux. Faire la guerre pour de l’eau ? Hé bien oui, l’accès à cette ressource si basique qu’on en oublie qu’elle n’est pas extensible à outrance va devenir encore plus compliqué que ça ne l’est actuellement. Et puis j’en passe sur la fin du pétrole pour 2050, la fin du fer, du gaz, de toutes les autres ressources extractives. Le rapport avec le pamphlet de Tarrier ? Disons que je trouve ça pertinent de s’interroger si oui ou non on fait bien de continuer à encourager les gens à avoir des enfants.

Je sais, gros tabou. La reproduction de l’être humain, ça n’est pas qu’une question de démographie. Ca touche à l’intime puisqu’on parle aussi de prolongation de soi, de son histoire et quelque part (allons jusqu’au bout), d’égocentrisme. Ou une forme d’éternité (l’idée de perpétuer la lignée après la mort, c’est surtout une question d’égo avant tout). Et puis, il y a les religions, l’histoire d’Adam et Eve à qui le bon Dieu aurait dit “Allez et peuplez la terre” (je ne sais plus la formulation exacte pardonnez-moi, mes années de catéchisme remontent un peu). Y a l’idée toute aussi religieuse qu’un enfant est un “don divin”, une “bénédiction”… Ok, admettons. Mais quand on regarde la situation du monde, les disparités qui se creusent par une absence de plus en plus criante d’égalité sur tous les plans, y a de quoi tiquer un peu… Pour paraphraser, disons que vous avez une maison conçue pour 2 personnes. Vous êtes donc 2, puis 5, puis…..150. En attendant, la maison ne s’est pas élargie, y a pas plus de salles d’eau, ni plus d’espace pour dormir. On est d’accord, ça devient très vite ingérable. Bon, bien sûr, l’analogie est (très) bancale mais vous avez saisi l’idée. Du coup, la population en Europe est vieillissante, celle de la Chine, de l’Inde et du Pakistan vont littéralement exploser dans les prochaines années (ce qui explique leur ruée vers les terres africaines pour nourrir leurs peuples)… Comment on fait ? On continue de se reproduire comme s’il n’y avait pas de lendemain ? Ou on met en place une politique de “stabilisation démographique” qui serait adaptée aux capacités (limitées) de notre planète ? 7 milliards de personnes pour une Terre qui ne peut pas en supporter plus de 3 maxi, ça s’appelle une bombe à retardement.

Maintenant, on rentre dans l’éthique. En théorie, chaque femme est libre de décider du nombre d’enfants qu’elle veut. Par ailleurs, la simple idée de contrôler les naissances évoque les heures les plus sombres des régimes totalitaires que nous avons connu donc faire accepter cette idée dans l’opinion publique c’est se préparer à un refus général et sans réflexion. Ceci dit, entre les années 70 et maintenant, le taux de fécondité chinois moyen serait passé de 5 enfants par femme à 1 voire 2 maxi par femme, grâce à (ou “à cause de”) la politique de l’enfant unique. Vous imaginez comment serait la Chine s’il n’y avait pas eu ce plan de contrôle de la natalité ?

Tout cela me fait penser à un reportage sur les Philippines, où le taux de fille-mère serait impressionnant dans les couches populaires. Ces adolescentes sont presqu’encouragées par leur famille et se retrouvent avec 2, 3 voire 5 enfants de pères différents. Quand on leur pose la question de savoir si elles ont accès à la contraception, elles disent oui mais croyances religieuses oblige, elles n’y ont pas recours. Pire, elles sont persuadées qu’avoir des enfants c’est avoir plus de personnes susceptibles de les aider à sortir de la misère. Un calcul que je ne comprendrai jamais puisque ça fait plutôt des bouches à nourrir en plus et une chance de s’éléver “socialement” en moins. Enfin bon, je suis dans un cadre occidentalisé, ça explique sûrement ma position.

Le résumé de tout mon charabia, c’est qu’ “Eloge de la dénatalité” m’a quand même fait réfléchir sur le fait d’avoir des enfants ou non. Je dirais même que ça m’a fait franchement hésiter. Et ça, je ne sais pas encore si c’est en soi une bonne chose ou non.

P.S.: ce court article est un peu une liste de réactions à chaud après lecture, je ne fais que résumer quelques réflexions que ça a soulevé. Ce qui explique que je ne rentre pas dans le vif du sujet avec les “vraies” problématiques (décroissance etc..) ou solutions envisageables :)

3 commentaires

  1. MonBienCherAmi

    Pour ne parler que de la “guerre de l’eau”, c’est une problématique bien réelle et avérée qui est d’ailleurs au programme de Géopolitique en prépa HEC voie S. Le 2ème module de 1ère année (“Mondialisation”) comporte tout un chapitre sur la “géopolitique de l’eau”, lequel trouve alors toute son utilité dans le module “Géopolitique du moyen-orient” de 2ème année.

    L’eau est le premier moteur de la colonisation israélienne, qui s’est faite dernièrement autour des principales aquifères que seuls les israeliens disposant des ressources techniques et financières nécessaires peuvent exploiter. Et la bataille qu’a mené Israel contre la Syrie pour le contrôle du plateau du Golan (cf. guerre des 6 jours et du Kipour), est avant tout une bataille pour la principale source d’eau de la sous région (50% de l’eau minérale d’Israël provient de cette seule région, si je me souviens bien). Voila donc un conflit qu’on aurait pas tort voir (en partie) comme une guerre de l’eau.
    De même, le conflit opposant Turquie, Syrie et Irak autour des barrages le long de l’Euphrate et du Tigre a plusieurs fois failli déboucher sur un conflit armé, et c’est encore plus “chaud” dans la région du nil entre Egypte, Soudan et Ethiopie (je crois bien qu’il y a eu quelques accrochages).

    Bon, après on a aussi discuté des théories natalistes, malthusiennes (*), et de la population mondiale en même temps qu’on parlait de l’eau parmi les enjeux de la mondialisation, lesquels me permettraient de commenter ce qui est vraiment le coeur de l’article, mais les souvenirs sont flous…
    L’édition même que j’utilisais est en partie consultable sur Google Books though (pour quiconque voudrait encore des pistes pour appronfondir le sujet)

    (*) : du nom de Thomas Malthus, économiste anglais qui prônait la restriction des naissances redoutant les effets néfastes d’une population importante sur l’économie nationale au 19ème. Un pionnier, d’où l’on discute encore de sa théorie dans un contexte mondial, bien que celle ci s’appliquait à l’Angleterre du boom de la révolution industrielle.

  2. Caro

    Coucou, je commente ici puisque les commentaires sont bloqués sur ton nouveau post!
    Au fait, c’était juste pour te dire que ta nouvelle coiffure te va très bien et que tu devrais mettre plus de photos de toi tellement t’es belle ! Nous lectrices, on voudrait bien se rincer un peu plus l’oeil ;) Lol

    Et aussi, une question m’est venue en tête ! Est ce que tes sourcils sont tatoués ? Je les trouve super net, très bien fait ! j’aimerai bien ton secret! bisous

  3. MayBach Carter Ewing

    Hello Caro !

    Tout d’abord merci pour tous ces compliments, c’est très gentil de ta part :)

    Mettre des photos de moi sur mon blog c’est pas un truc avec lequel je suis très à l’aise pour le moment, mais j’ai bien vu que c’était très demandé par les lectrices donc je vais y réfléchir par deux fois lol !

    Mes sourcils ne sont pas du tatoués. Je les ai épilé au fil indien, et je suis repassée dessus avec du crayon khôl, voilà voilà (merci beaucoup !).

Postez un commentaire

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>