Dossier: (Comme Beyoncé) Ces célébrités africaines qui jouent les modeuses sur Instagram.

Si vous êtes sur Instagram (ou non, d’ailleurs), vous avez sûrement eu vent de l’arrivée très remarquée de Beyoncé sur ce site. Alors que la majorité des utilisateurs prend des photos de son quotidien, l’épouse de Jay-Z a décidé de transformer son compte Instagram en véritable blog mode. Photos de look, poses très étudiées, coups de coeur fashion.. bref, Beyoncé joue les modeuses. Et malheureusement, elle peine à convaincre car ça manque de spontanéité et d’authenticité, malgré de jolies pièces (prises séparément).

On pourrait se demander à quoi ça sert à une star de son calibre de chercher à avoir une crédibilité mode. Après tout, elle est une bête de scène unanimement reconnue, son statut médiatique est au plus haut, elle pourrait s’en passer. Et pourtant.

Alors qu’avant pour être célèbre, il fallait avoir une occupation en rapport avec son talent, l’ère de la télé-réalité ainsi que la presse people dans son ensemble ont considérablement changé les choses. Que faire de ces “starlettes” qui ne savent ni chanter, ni danser, ni jouer (suffisamment bien) la comédie ? Hé bien, on leur trouve un statut de Fashionista. Pensez à des actrices du petit écran qui n’ont jamais réussi à passer au grand (Rachel Bilson, Mischa Barton), aux actrices qui ont du mal à la télé comme au cinéma (Sienna Miller, Sarah J. Parker), aux héroïnes de télé-réalité (Olivia Palermo, Kim Kardashian), ou encore aux socialites (Nicole Richie, Alexa Chung etc), elles ont aujourd’hui une étiquette Fashion qui leur permet de rester intéressantes pour la presse, même quand elles n’ont pas une actualité folle.

Et ce statut de Fashionista professionnelle a tellement pris de l’ampleur que même celles qui avaient déjà une carrière qui marche (chanteuses, actrices) ont dû rajouter cette corde “Mode” à leurs arcs respectifs.

Pourquoi ?

Hé bien parce que finalement être une fashionista reconnue comme telle peut représenter une source de revenus plus ou moins importante (demandez à David Beckham). Si vous parvenez à être perçue en tant qu’une icône de mode….

- vous réussissez sur la durée à générer ou maintenir des parutions vous concernant sur les blogs ou dans les magazines, et ce à-travers les articles qui décrypteront ce que vous portez dans la rue. C’est pratique quand on a du mal à décrocher des castings, qu’on foire ses différents contrats ou qu’on n’est pas invité aux soirées sélect.

- vous faîtes grandir votre “fanbase”, notamment constituée des jeunes femmes qui consomment du High Street (H&M, Zara etc), et qui sont très sensibles aux leaders d’opinion et aux tendances. Le moment venu, selon le projet que vous avez, vous pourrez le tester sur votre fanbase qui, en s’identifiant à vous, représente une cible forcément favorable à la base.

- Les marques vous identifient en tant que lanceuse de tendances et là, c’est le jackpot. Contrats d’égérie, ambassadrice pour un produit, collaboration avec une marque pour créer une collection en édition limitée, être payée pour assister à un défilé…

Et là, ce ne sont que les avantages les plus évidents. Je pense que le statut de Fashionista peut également lancer ou relancer une carrière, il suffit de prendre les cas respectifs de Rihanna et de Solange Knowles. Bien sûr, cela permet d’élargir son public (cf. toucher des gens qui n’auraient pas forcément écouté leur musique), mais il faut s’assurer de savoir convertir ceux/celles qui sont fans de votre style en fans de vous tout court. Et ça, c’est une autre paire de manches qui nécessite un plan stratégique très clair, et un marketing bien étudié. Je crois que cette nouvelle règle à Hollywood a fortement contribué à rendre obligatoire le recours à un(e) styliste, même pour les looks les plus “casual”. Toute une économie s’est constituée autour de ça. Ainsi, Instagram vient en rajouter une couche puisque les stars, par le biais des photos qu’elles postent, font preuve d’encore plus de proximité avec leur public. C’est le meilleur moyen de se vendre soi, en tant que marque, et d’être sûr de rentrer un peu plus dans le quotidien de ses fans. C’est là une avenue parfaite pour les marques, et ça ne m’étonnerait pas si bientôt, certaines enseignes proposent de payer de grosses sommes pour que telle fashionista ayant plus de 50K d’abonnés poste une photo d’un de leurs produits. A mon sens, par son pur caractère visuel, Instagram parle encore plus à l’affect, et pousse plus à l’achat que n’importe quel autre Social Network actuel (Pinterest compris).

Bien évidemment, en faisant cette petite analyse, je me suis demandée s’il y avait des stars africaines sur Instagram et j’ai essayé de voir comment elles se servaient du site. Constat: la majorité des célébrités africaines sur Twitter est anglophone, il y a plus de célébrités féminines que masculines et elles partagent surtout des photos personnelles (voyages etc..).Quelques unes se servent d’Instagram pour démontrer également leur style. J’en ai trouvé 11, qui sont pour la plupart, présentatrices TV, actrices ou socialites. Vous pouvez les découvrir plus bas, classées par ordre de préférence.

#11 - Huddah Monroe. Compte Instagram: @HuddahMonroe. Socialite kényane, elle défraie souvent la chronique à cause de ses photos très dénudées ou encore sa réputation sulfureuse.

#10 – Vanessa Mdee. Compte Instagram: @VanessaMdee. Présentatrice télé (MTV Base Africa), animatrice radio et chanteuse, cette jolie tanzanienne bénéficie d’une certaine popularité en Afrique de l’Est. Elle côtoie également quelques célébrités afro-américaines.

#9 - Tracie Nwapa. Compte Instagram: @Tray_ciee. Animatrice pour la webtv “Flytime TV“, elle fréquente le milieu du divertissement nigérian, et couvre une bonne partie des événements people.

#8- Joselyn Dumas. Compte Instagram: @Joselyn_Dumas. Actrice et présentatrice télé, elle fait partie des célébrités féminines les plus populaires au Ghana.

#7- Yvonne Nelson. Compte Instagram:@YvonneNelsonGh. Cette jeune actrice ghanéenne accumule les trophées et les gros cachets puisqu’elle fait partie du top 10 des actrices africaines les mieux payées. Elle a depuis peu changé radicalement de look et semble accorder beaucoup plus d’importance à la mode (une styliste peut-être ?).

#6- Toni Tones. Compte Instagram: @toni__tones. Photographe et socialite nigériane, elle s’est depuis peu adjointe les services d’une styliste pour l’aider à concocter ses tenues lors d’événements.

#5- Nancy Sumari. Compte Instagram: @NancySumari. Cette jeune maman qui a remporté le mois dernier le prix de la célébrité la mieux habillée (Swahili Fashion Week) est une ancienne Miss Tanzanie et Miss Monde Afrique. Après le mannequinat, elle s’est lancée dans l’événementiel et la communication en créant sa boîte en Tanzanie.

#4- Dolapo Oni . Compte Instagram: @MarcyDolapoOni. Britannique et nigériane, titulaire d’un Master en Arts Dramatiques, Marcy Dolapo Oni est la co-présentatrice de Studio 53 Extra, l’émission de divertissement et Lifestyle la plus diffusée en Afrique (via le réseau MNet).

#3- Sandra Ankobiah. Compte Instagram: @SandraAnkobiah. Ancienne 1ère dauphine au concours de Miss Ghana, elle a travaillé en tant que mannequin avant de devenir la présentatrice de FASHION 101, l’émission télé phare sur la Mode au Ghana.

#2- Eku Edewor. Compte Instagram: @EkuEdewor. A la fois it-girl, actrice et présentatrice télé, cette métisse anglo-nigériane est régulièrement dans le classement des personnalités africaines les mieux habillées.

#1- Bonang Matheba. Compte Instagram: @Bonang_M. Animatrice radio et télé, cette sud-africaine bénéficie d’une aura aussi incontestable que son style. Forbes vient d’ailleurs de la placer dans la liste des 13 stars africaines qu’il faudra surveiller en 2013.

Ce que je trouve intéressant ici, c’est que la majorité de ces jeunes femmes porte des designers à la fois internationaux et locaux. Pour ces derniers, avoir de l’exposition médiatique, surtout à la télévision, est un formidable moyen de communiquer et booster leurs ventes. Pour ce qui est des enseignes occidentales, sachant qu’il y a de plus en plus de marques étrangères qui veulent pénétrer la région sub-saharienne, elles auront besoin de s’appuyer sur des trendsetters locaux pour se faire connaître. En devenant des références en matière de tendance Prêt-porter dans leurs pays respectifs, ces personnalités multiplient leur influence qui ira en grandissant avec la démocratisation de l’accès au web et le dynamisme des médias en Afrique.

Et pour finir, puisque je prêche aussi pour ma paroisse, je suis à 100% pour qu’il y ait plus de fashionistas célèbres “Made in Africa“, ça permettra de moins dépendre des stars afro-américaines lorsque l’on travaille comme moi dans un média afropolitain.

9 commentaires

  1. G-Alisson

    Le manque de naturel de Beyonce , tout une histoire quoi , c’est incroyable je sais pas mais je la trouve toujours fausse , meme quand elle pleure sur scene , je n’arrive pas a etre emue.

    Sa soeur solange a un reel style et une attitude je pense qu’elle veut un peu aller dans la meme direction…. Mais pour y arriver un minimun de naturel s’impose

    Sinon , Bonang en numero 1 !!!!

    D’ailleurs ,le ELLE south african , lui a fait une couverture en octobre 2012 .

    C’est vrai que les medias d’ici et les resaux sociaux ont un reel engoument pour elle. Elle a un tres bon style et une tres forte personnalite .

    Finalement , l’application instagram se revele etre tres utile cela permet de donner une qualite de photos correctes et ceux/lles qui l’utilisent n’ont pas besoin de verser une somme astronomique sur un appareil photo canon X je sais pas combien lol , pour partager leur style!

    Il y a de cela longtemps que je ne m’interessais plus aux styles de soi disant ‘modeuses’ d’ afrique presentent sur le net souvent a cause de la qualite de la photo et du manque regulier de postes .

    Certaines avaient de bons styles mais le support du site et la qualite des photos mais juste a mourir de rire quoi .

  2. LOLA

    Le gros problème d’une Beyonce: elle veut différencier son image publique de ce qu’elle est dans le privé alors qu’elle reste dans tout les cas la même personne.
    Je trouve que les moments où elle est au top stylistiquement sont lorsqu’elle doit chanter car, elle n’a pas besoin d’en rajouter. Sur ces photos, elle donne l’impression de vouloir “s’amuser” avec la mode. Malheureusement, il y a plein de détailles chichiteux qui viennent perturber le propos. C’est triste car elle est très belle et tout les créateurs veulent l’habiller. Mais, elle manque de constance dans ses looks. Elle devrait arrêter de regarder ou de s’inspirer de sa soeur. Elles ne sont pas dans la même sphère.Elle devrait s’allouer les services des gens qui s’occupent de Kerry Washington. Cette fille est impeccable.

    Ton article m’a fait me remémorer les stars afro-américaines qui à l’époque négligeaient cet aspect du star system et qui aujourd’hui font pitié à vouloir faire “edgy”. Je pense notamment à une Monica qui n’a pas su saisir l’opportunité que lui avait donné Karl Lagerfeld en 1998, ou une Lil’ Kim qui n’a jamais su profiter de son amitié avec Marc Jacobs. Que dire d’une Kelis qui avait un temps les faveurs de Nicolas Ghesquiere mais n’a pas su en tirer profit. On rajoutera Foxy Brown, Eve et bien d’autres.
    Heureusement, des femmes comme Mary J Blige ont su se constituer un carnet de créateurs influents (Michael Kors, Frida Giannini ). Même une Jennifer Lopez, malgré une esthétique très 2000-2007 et des looks pas toujours très convaincants, a toujours ses adeptes et est encore considérée comme une icone de mode.
    On va dire que Rihanna a remplacé ce beau monde et en a évincé pas mal au passage.

    Pour les stars africaines, je ne pense pas qu’on trouvera des francophones avant longtemps. Fally Ipupa est apparemment le seul a avoir comprit les règles du jeux. J’aime bien la beauté d’une Coumba Gawlo. Je suis surprise qu’elle n’ai pas tapé dans l’oeil d’Alber ou de Jean Paul.
    Toutes les modeuses africaines sont bien mais j’ai une préférence pour Nancy Sumari. Quand je la vois par rapport aux autres, je n’ai pas l’impression qu’elle fait appel à un styliste ou a une armée de consultants. Elle a un coté effortless qui me plait beaucoup.

  3. MayBach Carter Ewing

    Hello Audrey !
    Oui, une bonne partie d’entre elles travaille avec des stylistes, principalement les actrices et présentatrices (Eku Edewor, Marcy Dolapo, Yvonne Nelson j’en suis sûre à 100%). Pour le reste, à part Vanessa M’dee et la it-girl kenyane, je pense aussi que c’est le cas, mais je n’ai aucune assurance de cela.

  4. Céline Mademoiselle

    Merci Audrey pour cette belle sélection et découverte de fashionistas !!!

    Je connaissais Bonang et Yvonne Nelsong via Instagram. J’ai un coup de coeur pour Nancy <3
    C'est agréable de voir des It-girl Made in Africa.

    xoxo from another fashion in Brussels;-)

    C.M.

  5. Arielle (Karimalo.com)

    Super le ranking ! J’ai découvert des têtes que je ne connais pas. Pour moi Eku est à la première place, j’aime comment elle arrive à être bien habillée sans tout dévoiler, je suis jalouse des hanches de J. Dumas et j’aime comment elle est toujours fière de porter des tenues de designers africains en leur apportant sa propre touche. Y. Nelson est jolie mais est esclave des tendances dans son style, mais ca lui va bien donc on lui pardonne ! Sinon la #11 et bien sûr Bonang font également partie de mes favorites. Bref, fin du roman ^_^

  6. Pingback: Made in Douala – Part 1. Ceux qui font bouger les lignes. | The MayBach Experience.
  7. Pingback: Bonang Matheba, nouvelle ambassadrice REVLON et la percée (progressive) des it-girls africaines | The MayBach Experience.

Postez un commentaire

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>