“Rebranding Africa” par le Vogue italien.

 

Voici donc le fameux numéro du Vogue Homme italien dédié à l’Afrique. Ou plus précisément au “Rebranding” de l’Afrique. L’intention est bonne, l’envie de montrer le continent africain sous une lumière créative et positive est sûrement bien orchestrée à l’intérieur du magazine mais franchement… cette couverture me dérange profondément.

Tellement de symboles en une seule photo… Avoir pour grand titre “Revaloriser (médiatiquement) l’Afrique” et y mettre la tête du secrétaire général de l’ONU, c’est quand même très fort. L’ONU, ce “machin”, cette machine qui à elle seule symbolise l’image si désastreuse de l’Afrique dont il faut se détacher.

Comment parler du renouveau de l’Afrique en y apposant une organisation internationale qui a contribué (dans une certaine mesure) à la propagation de cette fameuse image faite d’aide alimentaire, guerres, SIDA et autres réjouissances ? Une Afrique “nouvelle” et indépendante serait celle qui déciderait de son propre sort, et qui ne serait plus un gâteau que l’on se partage à des milliers de kilomètres sans tenir compte des réalités sur place. Bien évidemment, la géo-stratégie ce n’est pas le monde des bisounours et nous sommes encore loin de cette situation malheureusement. Ceci étant, je crois fortement que de manière globale, le continent africain est en train de se relever et d’aller dans la bonne direction. Et c’est cela qu’il faut valoriser même s’il reste encore des disparités (nationales et régionales) énormes. Du moins, j’ose croire que c’est ce que Franca Sozzani essaie de faire, notamment depuis qu’elle a été nommée Ambassadrice pour l’Afrique par…. l’ONU justement, tiens donc.

Je ne suis pas en train de chercher des poux ou autre, une fois de plus l’initiative est vraiment bonne. C’est juste que je trouve ça très paradoxal que l’on appose “Rebranding Africa” à une institution qui symbolise (pour l’Afrique en tout cas) l’aide, l’assistanat, la dépendance à cette fameuse “communauté internationale”. Le cas de la crise ivoirienne et le rôle que l’ONU y a joué est encore très frais dans les mémoires. De ce fait, je ne vois pas comment l’on pourrait changer l’image des pays subsahariens si rien ne leur appartient vraiment, même pas le fait de vouloir décider de la manière dont ils doivent être vus à l’international. Il y avait tellement de gens à mettre sur cette couverture à la place de Ban Ki-Moon, je ne saurais même pas par où commencer pour vous en citer quelques uns.

Autre symbole aussi: bien sûr, Ban Ki-Moon est coréen d’origine. Mais mettre un asiatique en couverture d’un numéro sur l’Afrique, quand on sait les rapports entre les deux continents ces derniers temps (notamment la Chine qui est de plus en plus accusée d’être un Néo-Colon), je ne trouve pas ça non plus très fin… D’après ce que j’ai lu, le contenu du numéro comprend des portraits de personnalités africaines, très bien. Mais je le répète, cette cover est très maladroite à mes yeux. Ou peut-être est-ce moi qui tombe dans la sensiblerie.

7 commentaires

  1. min

    Je pense que il ya un peur inexplicable quand une organisation ou une entreprise internationale veut faire une focus en Afrique. Par exemple je le trouvait interessant que pour la coupe du monde en sud afrique, une chanteuse colombienne etait la choix pour representer l’Afrique. Et maintenant avec Ban Ki-Moon. Je imagine que les reponsables ne veulent pas etre en la position de choisir: un ‘representatif’ de toute l’Afrique ou une photo dans ils essaient etre politiquement correct, inclusif de toutes les ‘types’ de Africains. Souvent, pour eux c’est plus facile choisir une personnage entirement different…

  2. upgradeyourmind

    Toute initiative occidentale à l’égard de l’Afrique est à prendre avec des pincettes.
    Vous ne pouvez pas comprendre cette couverture et ce qu’elle sous-entends si vous avez pas une vision claire de la géostratégie occidentale à l’égard de l’Afrique. Faites donc attention à ne pas cautionner vite faite ce genre d’initiative même si elle vous paraît louable. C’est aux afro-descendants d’améliorer leur propre image auprès du monde médiatique et pas quelqu’un d’autre.

  3. LOLA

    Je trouve aussi cette cover un peu surprenante, premièrement de la part d’un magazine de mode masculine à la base et deuxièmement pour le choix du Ban-Ki Moon. Ça aurait été plus logique de mettre un homme africain représentant un pays dynamique du continent. Bon…
    Ce qui m’interpelle aujourd’hui n’est pas tellement ce numéro en soit mais Franca Sozzani et la manière dont elle gère le Vogue Italie. On a l’impression que Vogue Italie est en recherche d’identité. Chaque numéro du est controversé et on a sincèrement l’impression que la controverse est cherchée, très réfléchie et non plus dans un acte anticonformiste comme à l’époque. Le VI est partenaire avec ANTM, ce qui est assez surprenant pour l’un des magazine les plus influent de son époque. Je vais essayer de me pencher sur les chiffres du magazine et voir si finalement toutes ces stratégies, dont cette cover de l’Uomo Vogue, ont un impact significatif sur les ventes du magazine.

  4. MayBach Carter Ewing

    En fait.. au départ, je pense que le V.I. était le pendant “politique” des Vogue. Je dis politique, mais disons peut-être engagé, celui qui prenait le plus la mode comme un instrument pour parler de problématiques de société (actualité, phénomène etc). Mais franchement, depuis un moment, je vois qu’ils sont en train de devenir de plus en plus “pop” en fait. Le seul fait que Kim Kardashian (habillée par Kanye) soit dans leur dernier numéro en dit très long. Je vois à peu près le même “virage” que le W. quand Tonchi est arrivé. Comme tu dis, il faut voir s’il n’y a pas une question d’argent derrière.
    Pour l’UOMO, perso, ça aurait été un autre numéro, ça ne m’aurait pas dérangé. Mais franchement, un spécial AFRIQUE avec le SG de l’ONU.. genre l’ONU quoi. Je sais pas, ça me choque. Comment un étranger peut-il être en cover sur un sujet pareil ? “Rebrand” l’Afrique, c’est quelque chose qui appartient aux africains, il faut montrer que contrairement au passé, ils prennent le destin de leur continent en main. Même si je pense que c’est démontré à l’intérieur du mag (du moins j’espère), cette cover est extrêmement maladroite.

  5. Pingback: 20 tumblrs à connaître pour voir l’Afrique autrement. | The MayBach Experience.
  6. LOLA

    Effectivement, tu l’as dit ” Le seul fait que Kim Kardashian (habillée par Kanye) soit dans leur dernier numéro en dit très long”. Je pense qu’aujourd’hui, le VI est en recherche d’identité face à un Vogue FR qui a connu une montée dinfluence incroyable et un Vogue US qui renforce un peu plus son influence. Franca cherche vraiment a imposer son Vogue sur la place internationale en ce moment. Il faut dire que le VI est quand même le symbole de beaucoup de contrastes: Il est à la fois innovant, intellectuel et fearless mais à la fois, il a comme photographe exclusif de ses covers depuis plus de 20 ans.
    On a toujours tendance à penser que le VI est le plus “politique” des Vogue mais pour moi, ce titre revient aussi au Vogue US qui est un baromètre significatif de l’industrie de la mode dans son ensemble.
    De toutes les façons, je pense que l’UOMO VOGUE est le bébé d’Anna Dello Russo qui en a fait un magazine exceptionnel et très novateur. La Version Franca Sozzanienne est beaucoup moins excitante.

  7. rub'

    @min le souci avec la “chanteuse colombienne” en question ne se situe pas dans sa nationalité, mais plus dans la controverse créée par sa chanson et les copyrights liés.
    Il s’agissait d’une coupe du MONDE donc la nationalité de la chanteuse n’est pas un problème. Certes, c’était un événement important pour le continent et un chanteur d’origine d’un pays d’Afrique aurait pu être choisi, mais le fait qu’elle est colombienne ne m’a pas dérangée perso (et je suis d’origine camerounaise). Les chansons des coupes du monde passées n’étaient pas forcement chantées par un citoyen du pays d’accueil…
    Par rapport à l’article, je trouve en effet la couverture un peu surprenante et pas illustratrice du sujet. On dirait plutôt une photo qui devrait être associée à une interview de BKM AU SUJET du rebranding de l’Afrique.

Postez un commentaire

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>