Shay 7

Cruella d’Enfer n’effraie plus grand monde.

Je l’ai déjà précédemment expliqué ici, même si j’aime le Rap en tant qu’entité, j’ai beaucoup de mal avec son pendant français, entre autres à cause de sa tendance à considérer les mélodies comme étant accessoires. Et également, parce que j’ai été gavée jusqu’à plus soif de morceaux de rap vindicatifs, remplis de clichés qu’il prétend parfois dénoncer. C’est une observation d’ensemble, et cela remonte à bien longtemps donc il faudra beaucoup de travail pour m’en faire dévier.

Mais, toute règle a une exception, et en l’occurrence, celle-ci s’appelle Booba.

Vous pouvez le lire ICI, j’ai toujours apprécié le personnage autant pour ses punchlines très visuelles, que l’aura qu’il a su construire, sans oublier bien sûr, l’aspect business et les barrières qu’il a su franchir (et Dieu seul sait qu’il y en a, lorsque l’on fait du Rap en France).

En fait, la vision dont je parle plus haut s’applique principalement aux rappEURS, parce que je suis bien plus conciliante quand il s’agit de rappeuses. Leur rareté et leur habilité (quand elles en ont) à savoir mêler agressivité et féminité en font pour moi des artistes hors-pair d’office, dans un domaine où elles sont encore TROP absentes.

Dès lors, il y a quelques années, l’éclosion médiatique d’une certaine Mélanie Georgiades aKa Diam’s m’avait semblée une sorte de renouveau. Oui je sais, ses morceaux les plus connus aujourd’hui ne sont pas toujours ce qu’elle a pu faire de mieux, mais l’important pour moi était qu’elle ouvre les portes que les Sté, Princesse Agnès ou Lady Laistee avaient chacune refermé à leur manière quelques années auparavant.

Et puis, j’ai attendu..encore et encore.. A l’affût sur Youtube des nouvelles rappeuses, je suis allée de désillusions en désillusions. J’allais régulièrement sur le Skyblog (à l’époque) de RapOFéminin, avec toujours cette espèce de conviction qu’un jour, je tomberais une jeune fille qui sache allier mélodie, technique ET féminité. Pourquoi j’insiste autant sur cet aspect d’ailleurs ? Parce que j’en ai eu assez des rappeuses bonhommes, de celles qui croyaient que pour se faire sa place il fallait singer les (mâles) dominants. Comme le disait Foxy Brown dans un de ses titres “Niggas say i’m too pretty to spit rhymes this gritty, f*ck y’all thought ?“. En gros, ne pas cacher le fait d’être une femme, voire pire, être jolie, est encore considéré comme décrédibilisant lorsque l’on veut faire du Rap. Et ironiquement, cela se traduit par le fait que la meilleure sur la scène française aujourd’hui s’appelle Casey, et cultive son image de garçon manqué depuis ses débuts dans les années 90 jusqu’à l’heure où j’écris ceci. On pourrait me dire que le plus important se trouve dans les textes, ce sur quoi je suis partiellement d’accord pour une raison simple. Ce travestissement va de l’image que l’on donne de soi aux textes que l’on écrit, ce qui est somme toute, assez cohérent. C’est ainsi que camouflées derrière des baggys/joggings, Mc Bougzette va nous conter la vie au bas d’une tour ,de l’intro de sa mixtape jusqu’à l’outro, tags inclus. Je ne demande pourtant pas du rap “bourgeois”, ni du rap 100% mélancolique, mais il y a un tel manque de versatilité qu’à l’écoute, je m’ennuie généralement assez rapidement.

Malgré tout, j’allais de temps en temps écouter Skyrock, à l’époque où ils invitaient des jeunes talents pendant les fameux Planète Rap. Et une fois, ils ont organisé un concours ouvert aux jeunes amatrices. Celle qui avait le plus de succès était invitée à venir freestyler en direct à la radio, en prime time. Je ne me souviens plus de son nom, mais une d’entre elles avaient fait sensation. Je me rappelle juste qu’elle était tunisienne, venait de banlieue parisienne (d’Argenteuil ?), et avait un véritable fan club qui n’hésitait pas à harceler les gens par commentaires de blog pour la soutenir.  Certains commençaient même déjà à dire qu’elle était la future relève du rap féminin en France, et il me semble qu’elle avait reçu les encouragements d’un certain Rohff. Et depuis…elle a disparu, je n’ai plus jamais entendu parler d’elle.

Finalement, si les rappeuses elles-mêmes ne peuvent pas s’organiser et s’entraider pour se faire beaucoup plus entendre, peut-être serait-ce à leurs collègues masculins -beaucoup plus influents- de les y aider ?

Voilà comment ce même Rohff nous présente ses nouvelles recrues, un duo nommé “Amy & Bushy“.  Vous connaissez la chanson, on fait monter la sauce sur les réseaux sociaux, on nous promet qu’elles vont venir “tout déchirer”, et que c’est la Cream de la crème. Un clip plus tard, on a ça:

J’étais prête à faire l’impasse sur ce thème vu et revu “Nous les filles de cités blablabla“, du moment que le son en lui-même me faisait hocher la tête, du moins le refrain. Malheureusement, un GROS problème s’est rapidement posé: le déséquilibre plus qu’évident dans le duo, avec une Amy qui a un potentiel assez perceptible voire bon (celle avec les cheveux longs qui rappe le 1er couplet)..Et une Bushy qui a tout l’air d’un fardeau que l’on traîne par charité chrétienne.

Cette dernière ne sait ni faire preuve d’une once de technique, ni d’une imagination au moins au même niveau que celle de sa collègue. Feu de paille encore une fois, après une omniprésence pendant quelques jours, elles disparaîtront dans les méandres de Facebook, elles et leurs flyers spammés par centaines.

Je finis par entendre parler d’une certaine Shay, qui collaborerait avec Booba. Au départ, ne sachant pas qu’il s’agissait d’une fille, je n’ai pas prêté plus attention que ça. Pour être tout à fait honnête, je pensais qu’il s’agissait d’un de ces nombreux rappeurs vivant dans l’ombre de  ” B2O”, et qui après plusieurs échecs en solo termineront leurs carrières comme ils l’ont commencé: en faisant ses choeurs sur scène.

Puis, magie de Twitter, je vois que plusieurs filles font des remarques sur la jeune femme. Je vais donc lire sa page, histoire de. Et tout de suite, j’ai eu le pressentiment qu’elle serait une Booba au féminin, avec la même gestuelle, le même phrasé et la même façon de construire ses lyrics. Mais il se pourrait qu’elle le fasse avec brio, donc je me suis abstenue de commenter négativement en attendant.

Hier à 18h (heure française), le premier clip de la demoiselle était  enfin disponible. J’ai d’abord regardé sans le son, histoire de pouvoir juger uniquement l’aspect visuel. Puis écouté, sans regarder le clip. Et vraiment, j’ai un millier de questions, commençons par le positif.

Shay (qui apparemment nous vient de Bruxelles), est une jolie fille, je crois que ça saute aux yeux. Certain(e)s l’ont qualifiée de “reine des Niafous“, “Star de Château d’eau” et autres mais je crois que c’était légèrement exagéré. J’ai trouvé qu’elle avait l’arsenal pratiquement complet de la rappeuse sexy: beaux traits, attitude de “Boss B*tch”, domination de l’homme par la femme comme l’image plus bas..

(Vous croyez que ce sont des vraies YSL qu’elle a aux pieds ? Je demande juste).

Mais le vrai problème c’est lorsqu’on l’écoute. Dès les 1ères secondes, je me suis demandée quand est-ce que Donald Duck s’était mis au rap. Si elle a la voix naturellement nasillarde, j’en suis désolée, mais pour ma part, ça représente déjà un handicap de départ..qu’elle pourrait compenser si elle savait justement, rapper.

“Izi monnaiiiiie izi lifeeee oui tu connais frais izii niceeee”. On reconnaît très vite l’empreinte assez lourde de Booba avant même que la demoiselle entame son 1er couplet, sans parler de l’instru Lex Lugerienne qui rappelle Hard In The Paint de Wacka Flocka Flame ou en ce qui me concerne, m’a fait directement penser à “Vampires” de Gucci Mane.

Laissons donc la voix de côté. La plus grande surprise vient des paroles.

Certains ont suggéré que c’est Booba qui avait tout écrit et qu’elle ne faisait que réciter, mais je n’y crois pas une seconde parce que même dans ses plus mauvais jours, je ne pense pas qu’il soit tombé à un niveau aussi bas ou alors, si c’est vraiment le cas, qu’il n’écrive plus jamais pour qui que ce soit à part lui-même. Et c’est ça mon problème avec Shay, elle a voulu comme je le pressentais, faire du Booba au féminin mais elle n’en a absolument pas les capacités.

Parler de crimes, d’argent, d’armes, employer des métaphores -type qui ont fait le succès de son mentor comme “Africain est le ness-bi, Noir est le marché“, c’est bien beau mais elle ne sait tout simplement pas poser sa voix en rythme sur le beat, ça n’a pas l’air naturel et on dirait qu’elle a passé 2h en studio pour ça, mixage compris. Quant à ses (tentatives de) punchlines, que dire ?

Beaucoup trop d’argent négro, ce ne sera jamais assez” <– On dirait une traduction bête et méchante de ” too much money, ain’t enough money ” de Lil’Wayne sur “I’m on One” de Drake.

Mes employés sont SDF, tu les trouveras dans les rues / Donc tu ne me verras pas, j’ai autre chose à faire qu’être vue” <— Like, REALLY girl ?

Si tu fais le chien, je ferai la chinoise” <— Malheureusement, elle l’avait déjà postée sur son Twitter avant la sortie du clip, ce qui à mon avis, n’était pas très intelligent puisqu’il s’agit là de la seule punchline sur 4 minutes de son qu’elle ait pu dégainer.  Ou comment nous gâcher l’unique moment de plaisir….Et oui, je sais que le son est disponible depuis des semaines, mais comme beaucoup de gens, je l’ai découverte avec ce clip.

“Lequel est le plus rapide ? Postuler ou braquer ? Humm..Le temps c’est de l’argent, J’ai du temps à gagner” <—- Il y a déjà eu telleeeeeeement de métaphores basées sur le fameux “Le temps c’est de l’argent”, “j’ai du temps à gagner” c’est vraiment pire que simpliste. Pourquoi pas “Si le temps c’est de l’argent, négro, J’suis toujours à l’heure “ ou quelque chose de plus complexe ?

“Tellement internationale, mon passeport est trafiqué mec, y a la race à Benjamin sur mes papiers” <- Quand je l’écris ça sonne pas mal, mais quand elle le dit….oui, voilà, vous avez compris. C’est une signature de la part de Booba de faire parfois des petites pauses en plein milieu d’un couplet, mais en ce qui concerne sa protégée, on dirait plutôt qu’elle rappe Off-beat quand elle le fait.

C’est quoi le sex appeal d’un mec ? Hum..Sa Ma-se-ra-ti” <- Oui, là encore ça va.

“Jouer avec moi, c’est comme jou-er avec sa life  / Cruella d’Enfer, j’fais la peau à ces bâtards“: Je crois tout simplement que c’est la pire ligne de tout le titre, ce qui me permet d’enchaîner avec ma véritable question.

COMMENT BOOBA A-T-IL PU ACCEPTER DE LAISSER CE MORCEAU SORTIR D’UN STUDIO ?

Au fil des années, il a toujours entretenu son image de “grande gueule” du Rap français au clash (très) facile, n’hésitant pas à souvent dire tout haut qu’un tel fait de la mouise lorsque personne n’osait le faire. Du coup, on s’attend en retour à ce qu’il sache rapidement détecter les bons rappeurs, ceux qui, même en étant des amateurs, savent démontrer leur potentiel. Là je suis désolée, je ne vois pas comment en l’écoutant rapper a capella, Booba a cru deux minuscules secondes que cette fille était prête à ne serait-ce que sortir un single. Je sais qu’en vieillissant on perd progressivement l’ouïe, mais quand même huh. Quelqu’un qui a son expérience, sa connaissance du Hip Hop, ne peut pas valider ses “skills” (ou absence de) de manière rationnelle, ce qui m’a poussée à développer une seconde théorie: le business.

Booba n’a jamais caché qu’il prenait exemple sur les poids lourds du Rap américain. Et le succès de Nicki Minaj, arrivée sur un terrain laissé vide il y a des années par Lil’Kim, n’a sûrement échappé à personne. Une rappeuse française, jolie, avec une équipe expérimentée à son service, ça peut faire vendre puisqu’il n’y a plus personne et que Diam’s (qui aurait pu être un obstacle) a mis sa carrière entre parenthèses. Alors même si la petite ne sait pas encore rapper correctement, c’est pas grave, on va faire illusion le temps de vendre un peu, elle finira par apprendre sur le tas. Pourquoi pas ? Mais la différence est la suivante: que ce soit les couples Jay-Z & Foxy Brown, Jay-Z & Amil, Missy & Timbaland ou plus récemment, Ludacris & Shawna ou Lil’Wayne et Nicki Minaj, chacune de ces filles avaient/ont un minimum de talent, indépendamment du fait qu’elles avaient des rappeurs connus comme parrains.

Ici, on dirait plutôt que Booba et Shay, c’est un peu le 50 Cent et Lola Monroe du pauvre. Et on voit bien où Lola Monroe en est, même si elle a beaucoup progressé depuis, je le concède.

Les attentes concernant Shay étaient très élevées, et l’on aurait été peut-être plus cléments si elle était arrivée toute seule, avec son propre style. Mais “Les Aigles ne volent pas avec les pigeons”, donc vu ce premier extrait, il est temps pour elle de repartir au nid bien sagement et de re-travailler jusqu’à ce qu’elle soit vraiment prête. J’aurais préféré largement que Booba aille chercher quelqu’un comme Mik’ya La Louve, qui a sa propre personnalité et me paraît assez éclectique pour pouvoir poser sur tout et n’importe quoi.

Enfin bref, je suppose que Shay c’est déjà mieux que ceci…

Sinon, tout cela m’a permis de découvrir une autre rappeuse, cette fois, américaine, du nom de Guyana.

Elle pose sur l’instru de “Louis Vuitton”, un titre qui était censé annoncer le come back fracassant de Foxy Brown, mais dont on n’a jamais rien eu d’autre qu’un extrait de 10 secondes. Les lyrics ne sont pas dingues, et j’aurais préféré que le refrain soit autrement (rappé, pas chantonné), mais elle a du talent, ça s’entend. Je vais donc écouter sa mixtape “The Broke B*tch Slayer” que vous pouvez télécharger ICI.

*Par contre, qu’on arrête de  dire à chaque fois que telle nouvelle rappeuse sonne comme Nicki Minaj. Dans ce cas précis, Guyana est plus proche d’une Foxy ou Diamond, que d’une Nicki, mais effectivement, ces punchlines du type “Hang it up – Poster ” ( cf. Hang it Up – Flat screen de N.Minaj dans Roman’s Revenge) ou “I’ll knock you down – Bulldozer”, peuvent prêter à confusion.

*Et pour revenir rapidement à Shay, Booba, moi t’aimer beaucoup, mais par pitié le cardigan façon “Les Bronzés font du Ski” ou l’écharpe+sweat en damiers…PLUS JAMAIS. Et si c’est du Unkut, et bien “négro, ne le mets pas”.

13 commentaires

  1. Dominique

    Dans le rap français la mélodie serait accessoire dites vous. Parce qu’il y aurait quelque part un rap avec des mélodie ? Vites éclairez nous.

  2. Audrey

    Ce serait intéressant que tu fasses un article expliquant pourquoi tu aimes le rap, et ce qu’il y a d’intéressant dans ce type de musique et ses symboles (vestimentaires, etc.)
    Car quand je vois le genre des clips de chansons de rap (français ou américain), je ne vois qu’une bande de braillards agressifs, misogynes et irrespectueux envers les femmes, brassant clichés et insultes. Par exemple je trouve le clip de Booba que tu as mis dans ton post d’avril limite (dans sa conception du “couple”), et tu avais l’air de dire que c’est le seul morceau ou il est “romantique”…
    Comment cela se fait-il que tu aimes beaucoup Booba alors que tu dis toi-même “Booba n’est pas souvent du genre à parler de la gente féminine en d’autres termes que ” biyatch”, “putain”, “tepu” et autres délicatesses du style”? Certes c’est un personnage qu’il se construit mais l’effet est le même.
    Ce n’est pas une critique, j’aimerais comprendre…

  3. LOLA

    Franchement, je la trouve assez ridicule la bonne dame.
    Je trouve le côté “booba au féminin” assez irritant. On n’a surtout pas, mais surtout pas envie de voir une fille se la jouer gangsta de manière aussi premier degré. Pour moi, elle est l”exemple de pourquoi le rap francais ou le r&b francais n’avanceront jamais.
    La musique francaise a pour tradition depuis des lustres, de faire émerger des artistes américains du “pauvre”. Comme Johnny Hallyday fût le “Elvis du pauvre”, elle sera pour certains la “Minaj” du pauvre. Je ne la trouve pas spécialement talentueuse. Elle est assez mignonne mais son look l’enlaidit. Au final, on dirait Maty Dollar qui fait du rap.
    Une fille aussi maquillé qui manque de féminité….WELL
    Les rappeuses américaines ont réussit car, elle affirmait leur féminité “Ghetto Fabulous” dans un monde de brutes. Là où les caids du gangsta rap parlait de leur vie du hood, les Foxy et Kim nous vendaient du rêve dans leurs costumes “Las Vegas”, ventant leurs Fendi/Vuitton/Dior.
    C’était assez drôle de voir une foxy agressive et sexy (mais toujours féminine) quand elle rappait et de la revoir parler: on aurait dit une petite fille fragile.

    Bref, que Booba nous epargne ce supplice et que cette demoiselle aille se rhabiller, l’hiver arrive. Pour les cages, je crois qu’elles sont vraies. Elles ont dû être chopées dans une VP quelque part dans le monde.

    Ps: Pour la phrase de Foxy, c’est bien tiré de “Oh Yeah” non??

  4. nkolkaï

    je vous trouve trop sevrere par rapport à cette rapeuse que d’alleuir je découvre grâce à vous .
    booba l’a toujours c’est le fric qui l’interesse et rien d’autre .donc pour lui produire de la merde qui sera écouté et dansé par un public sans culture musicale ne le derange pas en plus s’il son compte gonfle de 1 ou 2 zero .
    Il y a une place à prendre et pourquoi pas elle?

  5. laduduche

    HOUUUUU…..là je reconnais ton ecriture…tu es tranchante comme tu sais si bien le faire (avec autant d’objectivités…quoi que…lol)

  6. big LOVE

    euh audrey je trouve ta question à maybach vraiment étrange pourquoi elle aime le rap c’est comme demander à quelqu’un pourquoi elle aime les spaghettis à la bolognaise ; je ne comprends pas ce besoin systématique que les gens ont de vouloir politiser ou intellectualiser les goûts , sans vouloir être banale les goûts et les couleurs…. tu connais la suite ,dans le rap il y’a une musique, la façon dont on joue avec les mots , et le flow effectivement il y’a de piètres rappeurs , des misogynes … , bref mais avant tout il y’a la sensibilité à la musique et aux mots bref moi c’est comme ça que j’explique mon amour pour le rap et un conseil audrey si je puis me permettre plus que “de voir” le rap ” tu devrais écouter :-) ))
    en ce qui concerne shay contrairement à toi maybach j’aime beaucoup le son de sa voix la c ‘est l chanteuse qui parle effectivement le flow mais ne va pas du tout elle a essayer de construire son rap comme une chanson les changement de rythme toutes les 10 secondes sont pourries .. bref tu as tout dit A DISASTER !!!

  7. Jumpup & Getdown

    Avant de parle de Shay, il faut à la source du probleme, Booba, qui d’aprés moi a fait la grosse erreur de ne pas se distinguer de son alter-égo au fil de sa carrière, par exemple, Eminem/Slim Shady/Marshall, pour les fortes personnalités ça évite de confondre vie et scene, et d’enchainer plusieurs erreurs, j’ai le sentiment qu il vas tomber de haut a un moment, c’est peut-etre à partir de ce feat avec Shay, qui en soit me laisse perplexe mais pas résigné, à elle d’envoyer c’qu’elle a dans le ventre sur son prochain titre, et la je serais plus apte à “juger” !…

  8. PYvan

    Salut,
    Je découvre le blog par cette article.
    Félicitations. Un article clair net précis et objectif.

    Je suis quant à moi persuadé que B2O a voulu importer un modèle US qui marche. Mais il faut croire que ns n’avons pas ce genre de talent en Europe. Je ne blâme pas B2O, il aura essayé. Et puis ce son figure sur sa mixtape. Il a dit lui même qu’Autopsie devait servir à révéler des talents. Mais bon, ce qui est quasi certain, c’est qu’on ne la reverra plus.

  9. Jojo

    Ta pas aime shay ok mais elle a fait deux son perso elle a lâché deux bombe, la fille elle a un truc et je l’ai senti depui cruella ,elle a mit tout le monde d’accord et c’est pas fini je le sent prépare ta veste tu va la retourner perso j’aime pas le rap féminin mais la elle ma mit une baffe !!!! Perpétuité rappeuse à suivre

Postez un commentaire

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>