Dossier: De l’importance (sociale) d’avoir des Louboutin.

Plus petite, j’étais fascinée par les chaussures à talons de ma mère. De par son métier, elle était obligée d’en porter en permanence, des noirs, à bouts ronds. Alors parfois, quand elle rentrait se reposer entre 2 vols, j’en profitais pour me faufiler dans sa chambre et lui piquer une paire pour l’essayer. Elles étaient bien évidemment trop grandes pour moi et j’avais donc du mal à marcher avec, mais j’avais l’impression de « faire comme les grandes » en ayant des « koss koss » aux pieds. Intéressant d’ailleurs, le fait que je surnommais ces escarpins par le bruit qu’ils faisaient lorsque ma mère marchait avec.
Ma mère n’était pas une grande collectionneuse de chaussures, son truc à elle, c’était plus la maroquinerie en cuir. Ceci explique peut-être le fait que j’ai toujours vu les sacs comme un élément clé de la garde-robe d’une femme, tandis que les souliers n’étaient que de vulgaires accessoires. Par ailleurs, dans l’enfance, le mythe du soulier de verre de Cendrillon m’apparaissait comme un détail sans importance. Ce n’est qu’en grandissant que j’ai pu en saisir le sens. En effet, et si les chaussures étaient le prolongement de notre féminité ? Un célèbre dicton anglosaxon dit bien « Donnez les bonnes chaussures à une femme, et elle pourra conquérir le monde ».

Avec l’avénement de Sex & The City, j’ai découvert qu’être chaussée de sandales Jimmy Choo ou de compensées Manolo Blahnik dépassait le simple cadre de la tendance. C’était bien sûr d’une part, prouver qu’on était confortable financièrement parlant. Mais aussi, affirmer qu’on a franchi le pas de fille à femme, que l’on s’assume. A cette époque, je me disais ( comme beaucoup je suppose ) que plus tard, j’aurai plusieurs paires de Blahnik, ce serait la première chose dans laquelle j’investirai mon 1er salaire. Et cette époque en question date de moins de 10 ans. Entre temps, la série s’est arrêtée, Manolo a perdu du terrain, d’autres chausseurs sont apparus……………………………………et c’est là que se situe le gros trou dans mon histoire. Je n’ai pas vu à quel moment Christian Louboutin est devenu un dieu de la chaussure pour femmes. Enfin, par là, je veux dire, je n’ai pas vu le phénomène arriver.

Bien évidemment, Louboutin, çà a été d’abord une histoire de placements de produits. Les actrices hollywoodiennes ont commencé à les porter les unes après les autres. Cà n’a rien de nouveau, ce n’est pas la 1ère ni la dernière marque à procéder de cette façon pour se faire connaître. Certaines ont même creusé leurs propres tombes en choisissant cette méthode ( cf. Audigier..). Seulement, la différence ici avec Louboutin, c’est qu’acquérir une de ses paires n’est plus un simple achat Mode pour se faire plaisir, pour faire comme X ou Y. Porter une paire C.L. , c’est être une femme conquérante, c’est dire « J’ai bon goût », c’est même revendiquer son appartenance à un club select aKa « les Louboutin Girls » . Elément majeur là-dedans : la semelle rouge.


Si je reprends l’exemple du sac plus haut, celui-ci a l’avantage de par son architecture, de pouvoir porter des signes distinctifs ( logos, boucles..) qui permettent une identification rapide. Or, pour les chaussures, il vous faudrait être une connaisseuse pour savoir que les mocassins vernies noires que porte votre voisine de métro sont signées X ou Y. Louboutin a eu cette brillante idée de choisir la semelle rouge comme une signature, et j’irais même plus loin. A l’heure actuelle, après des années 90 marquées par les profusions des logos dans le luxe, une partie des consommateurs est arrivée à saturation. Marre de sortir de chez soi vêtu comme un panneau publicitaire ambulant, et puis, le bon goût désormais est au « No logo », le vrai chic et ses valeurs de discrétion refont plus que jamais surface. Du coup, la semelle rouge est un logo qui n’en est pas un. C’est plutôt un clin d’oeil, façon de dire «seul(e)s les initié(e)s savent» mais en même temps « Hey regardez, je porte des chaussures qui valent un SMIC mensuel ». Toute l’ambivalence est là. Sur le plan Marketing, bravo donc à C.Louboutin d’avoir réussi cela. Mais mon point concerne le détournement de la marque par les consommatrices. On est passé de la « simple » paire d’escarpins à…un thermomètre presque sociétal.

Le mois passé, je suis tombée sur un article chez Necole B. dans lequel la video girl américaine Dollycia Bryan lançait quelques piques à une une autre video girl, Rosa Acosta. Pour résumer : il y a plusieurs mois maintenant, le rappeur Maino s’était moqué de Rosa, déclarant qu’en plus de ne pas vivre la grande vie comme elle le prétend, « porte des fausses semelles rouges », comprenez des Fake Louboutin. Dollycia donc, lors d’une de ses dernières interviews, y a fait allusion en déclarant que porter des Christian Louboutin ( des vraies ) devrait en somme être le but de toute femme qui se bat pour s’en sortir. Elle en a profité pour prendre Beyoncé en exemple, établissant un lien entre le fait que celle-ci soit au Top de sa carrière et qu’elle possède une collection impressionnante de Louboutin.

( Beyoncé lors de son passage à Paris la semaine passée. Robe Preen, sac Jimmy Choo et bien sûr, Louboutin aux pieds ).

Rosa, se sentant visée, a rétorqué quelques jours ensuite qu’elle portait de vraies C.L. Et qu’elle n’avait de leçons à recevoir de personne.
Autre anecdote: j’écoutais la dernière mixtape de la rappeuse Trina, «Diamonds are forever». Et je dois dire que le nombre de fois où elle fait référence à ses « Red bottoms » est presque suspect ( si je ne connaissais pas la politique de la maison, je parierais que Louboutin l’a payé ). Sans oublier bien sûr, le single « Throwing off my Louboutins » de Jennifer Lopez, sorti l’an dernier.

Aujourd’hui, les semelles rouges sont mêmes de plus en plus connues des hommes ( mêmes ceux qui ne s’intéressent pas du tout à la mode, et encore moins aux chausseurs pour femmes ). Je suppose que c’est entre autres cela qui a poussé la marque a lancé une ligne masculine, dont le dernière modèle a été en rupture de stock le jour de sa sortie..à plus de 1000 $ la paire de baskets, quand même. Les mâles voulaient pouvoir eux aussi dire « J’ai ma paire de Louboutin », à force de l’entendre dire par leurs femmes/petites amies/soeurs/amies. Et c’est donc là ce qui m’intéresse.

Pourquoi n’en est-il pas de même pour Giuzeppe Zanotti, pour Nicholas Kirkwood, pour Cesare Paciotti, pour Charlotte Olympia, pour Sergio Rossi qui font pourtant le même type ( à quelque centimètres près ) de produits et sont également très prisés par Hollywood ( surtout pour Zanotti ) ? Louboutin était dans leur catégorie, presque plus confidentiel, et je ne sais trop comment en si peu de temps, il est passé de Must Have mode à Must Have tout court. Je ne compte plus le nombre de requêtes Google liées à mon blog dans lesquels se trouvent des recherches du style « acheter louboutin moins chers », »avis louboutin » ou « blog vide-dressing louboutin pas chères ». Je parle pourtant d’autres marques sur ce blog, mais ces requêtes-là sont particulièrement présentes. Il semblerait même que “Christian” soit devenu un peu le meilleur ami de la femme. Je réitère donc ma question: comment expliquer cette quasi-mythification des chaussures à semelles rouges ?

Jusque maintenant, le seul produit de Luxe qui avait cette aura, c’était le sac Birkin de Hermès. Ce sac pour moi représente un élément social important, beaucoup plus qu’une bague Chaumet ou qu’une robe Couture McQueen. Bien sûr, certain(e)s me diront que n’importe qui a un Birkin de nos jours ( et le porte n’importe comment surtout ). Peut-être, mais n’empêche que depuis plusieurs décennies, ce sac a une importance singulière qui lui permet de n’avoir jamais à souffrir d’une comparaison avec d’autres. J’veux dire, depuis que le Birkin est sorti, combien de sacs Must Have d’autres marques de luxe ont vu le jour ? Combien de fois nous a-t-on annoncé que le nouveau fourre-tout de chez X ou Y allait devenir THE sac…avant de disparaître 6 mois plus tard ? Même le 2.55 matelassé de Chanel, l’Alma de Vuitton, le Muse d’YSL ou le Giant de Balenciaga ne bénéficient de la même stature. Pour qu’un quelconque produit atteigne ce statut intemporel, par définition, il faut du temps. Or, dans le cas de Louboutin j’ai l’impression qu’on y arrive et ce, en à peine quelques années. Cà m’intrigue vraiment.

Ceci étant dit, j’ai quelques réserves concernant la comparaison Birkin/Loubou. Le 1er est UN article. On peut en changer la couleur, on peut le personnaliser, mais le modèle de base reste inchangé. Dans le cadre de C.L., c’est une marque qui présente des collections et prend donc le risque de parfois proposer des modèles un peu hasardeux ( comme ce modèle inspiré par Blake Lively…à la place de Blake, je serais vexée d’ailleurs ).

( La “Blake”, par Christian Louboutin ).

Alors est-ce que les acheteuses continueront d’acheter uniquement pour le statut que ces chaussures leurs confèrent ? Le chemin à parcourir pour faire partie des « Classiques » de la mode est encore long.

P.S. : je ne sais pas si je suis la seule à l’avoir remarqué, mais Louboutin devient de plus en plus une marque ethnique. Autant les célébrités blanches s’aventurent à porter de temps à temps d’autres marques, les célébrités noires ne portent QUE des chaussures C.L. et se sont pratiquement appropriées la marque. Cà me rappelle beaucoup le cas du Cristal dont Jay Z avait causé la disparition dans le milieu du Rap US ( résumé ici ) ..espérons donc que le même cas ne se reproduise pas car Mme Jay Z ( comme par hasard ) a assez d’influence sur le Hollywood noir pour que son appel au boycott soit massivement suivi.

24 commentaires

  1. E.A.S

    Article intéressant, comme toujours ;)
    Sinon, chose à mon sens intrigante,tu as à peine parlé de l’esthétique des soulier C.L. (à part pour La “Blake” qui, je confirme est une véritable horreur!)
    Alors est ce que c’est volontaire ou est ce que justement cet oubli prouve le peu d’importance qu’on accorde finalement à l’aspect du produit?

  2. sorayaray

    Wow. Bel article. Mais ma chere je ne suis pas d’accord sur ton point par rapport a l’ethnicite en ce qui concerne les” A listers” noirs. Beyonce, Rihanna,Naomie, Keri Washington Oprah et autres ne mettent pas QUE du louboutin. Les C’s and D’s La je te dirais oui.Absolument. Cjez les blanches je pense aussi il y a des loubs “whore” a l’instar des Kardashians.

  3. MayBach Carter Ewing

    @EAS: c’est vrai que je n’ai pas abordé l’aspect esthétique. Par oubli parce que j’étais plus concentrée sur le côté Marketing, mais je partais du principe que ce sont de belles chaussures. Tout de même, je ne pense pas que les autres chausseurs que j’ai cité soit moins doués, d’où le fait que je ne comprenne pas cette LouboutinMania justement ! Zanotti fait de belles paires, qui ont elles aussi une véritable exposition médiatique mais n’a pas le même statut qu’un Louboutin.

    @Sorayaray : Oui et non. Effectivement les stars que tu as cité ont un shoesing plus étoffé mais chez les stars noires je trouve que çà reste quand même focus sur C.L. comparé à d’autres marques, et ceci, sur les tapis rouges ou quotidiennement quand ces célébrités sont prises en photo dans la rue par les paparazzis. Mais pour les Kardashian, je suis tout à fait d’accord !

  4. mel

    Etant petite nous aussi reliions la chaussure au bruit qu’elle faisait par contre , chez moi c’était des Koca !
    je trouve intéressante ta façon de traiter le sujet .Pour ma part le fait qu’une marque , fasse autant parler d’elle , me donne soudain moins envie de la posséder .
    Comme s’il fallait que les articles pour conserver leur valeur garde une part de mystère ! qu’il ne soit pas autant exposé !

  5. Fériel

    Oh damn. Le monde avait besoin de cet article!

    Acquérir ma première paire de Louboutin, seule, était jusqu’à récemment quelque chose que je voulais accomplir, dont je me serais souvenu comme “ma première paire “couture”". Donc oui, je pense que beaucoup c’était un signe de réussite, genre “j’ai pu m’acheter la paire de mes rêves, seule” alors quand t’en a plusieurs, jackpot.
    Mais, comme le (vrai) Speedy de Vuitton, j’trouve que de les voir autant portées, et donc souvent MAL portées, a fait perdre tout le charme. Ca a vulgarisé la marque, c’est passé de “luxe inabordable et reconnaissable que par les initiés” à banal et trop vu.

    Alors oui, gros coup marketing de Mr.Louboutin, mais est ce que sa clientèle huppée et chic aura encore envie de porter les mêmes chaussures que la chanteuse de RnB lambda? Je ne pense pas

  6. quenie

    lol une horreur la chaussure “blake” . article toujours aussi intéressant .. par contre , je ne suis pas d’accord sur le 2.55 de Chanel , ce sac est en passe selon moi de devenir un basique du dressing au même titre que le Birkin .

  7. péépéé

    Moi aussi j’ai rêvé de ma première Louboutin et au final le fait d’en voir partout et autant m’a vite fait changé d’avis. Cette marque a perdu de sa valeur je trouve et je pense que c’est un peu le début de la fin… Niveau esthétique je suis de moins en moins Fan des modèles, elles deviennent de plus en plus vulgaire, me fesant parfois pensée à des chaussures de prostitué !! En dirait que Christian est moins inspiré, ces chaussures ont perdu la classe qu’elles avaient au départ, y’a moins d’âme dans son travail. Je fais une OVERDOSE DE LOUBOUTIN , la marque a perdu de son prestige avec tout ce coté marketing et surexposition, j’ai peur qu’elle ne finisse comme Audigier. Finalement ma première paire de “luxe” a été une YSL, une valeur sur, et je pense que la seconde le sera aussi… Belle article MAYBACH ;)

  8. LeXx Smith

    bel article.
    Alors moi j’avoue j’y connais que dalle en Louboutin/trucs trucs. Mais je pense que vu le succès de la marque, je crois que ça doit venir d’une personnification de la chaussure. esk le PERSONNAGE C.L n’est pas lui mm à l’origine de ce buzz. au niveau des star en tout cas. est ce un Audigier?(ami de tout le monde)avec un charisme particulier–> donc elles ont toutes porté –>donc c’est devenu ZE shoe ?? c’est une piste, si quelqu’un en sait plus sur le personnage…
    Et puis la “vulgarisation” d’une marque passe souvent par des prescripteurs (les stars). est ce que les autres marques ont joué le jeu avec elles autant que C.L

  9. Maga'Style

    Un article bien monté!!!
    Bizarrement, je me suis tjrs dit que si un jour je devenais riche (ou dès que j’aurai les moyens) je possèderai des “KIRKWOOD” ou des “YSL” !!! Je suis amoureuse des Kirkwood. J’aimerais avoir des CL, car certains modèles sont vraiment pas mal, mais mon coeur aime YSL & KIRKWOOD.

    Je pense que Louboutin a une équipe de com/Marketing remarquable, en 10 ans la marque est devenu plus luxueuse que jamais. Il te sort des modèles à chaque saison et ttes les stars se jettent, elles désirent être les 1ère à porter “LE NOUVEAU MODELE”, le pb c’est qu’elles se ruent ttes en même temps, elles se retrouvent donc à quelques jours d’intervalle à porter “le même modèle”. En ce moment ce sont les Louboutin Mary Jane Nude en 1 semaine, j’ai pu apercevoir sur le site “Necole Bitchie” : Bey, Selita, Diamond, Jen Hudson, Ri, et bien sur KimK (que l’on devrait surnommé MIS LOUBOUTIN)elles ont été aperçus avec le same modèle. Bey, et beaucoup d’autres actrices Afro-américaines sont des exemples pour toutes black girls(enfin une partie des femmes/filles noires), si untel ou untel les portes c’est qu’il s’agit d’un Must alors tout le monde veut cette paire.

    Les Ghettos girl (Trina, les video girls and over), comme tu l’expliques ds ton article, c’est une concurrence qui a le plus de CL? Qui porte des Fake? qui a le plus de style? celle qui le plus de fric porte des CL… Bref une mode Ghetto qui fait vendre.

    Que CL fassent attention, que sa marque ne devienne pas une marque Ghetto, vulgaire ou encore que celle-ci soit cataloguée et boycotté par une certaine élite!

  10. LOLA

    J’aime bien ta petite histoire de l’enfance avec la mater et tout. Quand j’étais petite, j’étais fascinée par ma mère avec ses Koss Koss. Tout les matins, je me réveillais tot pour la regarder se préparer…une vraie leçon de vie. Je ne comprenais pas pourquoi elle changeait de sac et encore moins pourquoi elle devait porter des talons vertigineux mais, cela est devenu pour moi au final, le symbole ultime de la féminité. Et je crois que mon amour pour TOM FORD vient de là.

    Louboutin, tu sais, je le compare à CHANEL car niveau reconnaissance/signe de réussite, les 2 sont équivalents. Il faut avoir quelque chose de Chanel dans sa vie tout comme une paire de Louboutin. Le pire c’est que Louboutin était Shoe Designer de Chanel avant de lancer sa marque.
    je reprendrais la phrase de Seguela: “Si à un certain age, on a pas de Louboutin, on a raté sa vie”

    Quand j’étais petite, surtout au pays, les femmes avaient une fascination incontrôlable pour Chanel et lorsque ma mère a commencée à enjoy son travail, elle est revenue de vacances avec un 2.55. Louboutin a reprit les mêmes signes de reconnaissances que Chanel: Quand je vois une paire d’escarpin bicolore avec bout noir, je pense à Chanel et quand je vois une semelle rouge=Louboutin.

    Zanotti et les autres font des paires sexy mais j’ai l’impression que ça ne fait pas assez passe-partout: Zanotti, c’est beaucoup de Swarovski et les autres peuvent paraître soit trop expérimentales ou soit trop habillées. La première fois que j’ai vu une paire de Louboutin, c’était dans le film “Absolument Fabuleux” avec Nathalie Baye…j’étais intriguée par cette paire pas très haute mais hyper sexy. L’avantage des Louboutin est que peut importe l’angle ou la photo est prise, la semelle rouge est visible.

    Là, je vais revenir sur le côté social de tout ça. Pour moi, à chaque époque son signe de réussite ultime. Quand j’ai commencé à comprendre ce que c’est que la mode, c’était fin 90′s-début 00′s et à cette époque, il y avait 5 marques ventées par la communauté noire-hip hop: Chanel, Vuitton, Gucci, Versace, Dior, Fendi.
    La moitié des Chansons et des clips de la fin des 90′s-Début 00′s étaient littéralement du placement produit de ces marques. Miss Versace habillait Jlo et P Diddy mais apparaissait dans le clip de celui-ci. Marc Jacobs, grand ami de la Kim , avait droit à ses louanges des tout ses clips. Foxy Brown et le reste, Les Tee-shirt J’ADORE DIOR et le Galliano qui dit qu’il t’admire…Et que Dire de la Queen Bee, littéralement, FASHION ICON de la communauté Hip-hop: Tout ses clips de l’ère DANGEROUSLY IN LOVE et ses lives et tout sont littéralement une campagne permanente de VERSACE.
    Pour Gucci, n’en parlons même pas…
    Hermes est devenu un élément de reconnaissance depuis que la Beckham s’affiche avec et les collectionne depuis une dizaine d’années. Elle a même lancée une nouvelle compétition: On dirait que c’est à qui aura le plus de Birkin dans son dressing..

    Malgré tout le succès dont bénéficie Louboutin, j’ai peur que cela lui fasse perdre en prestige parce qu’au final, ses modèles deviennent de plus en plus bling bling et “Ricains”. Mais, je lui prédit un avenir très heureux..
    Tout les jours, il doit remercier Anna W dans son coeur le petit Christian.

  11. Raysha

    J’ai vraiment aimé lire ton article, moi même j’ai vu vraiment cette marque apparaitre “tout partout” ;p !
    Alors qu’il y a effectivement d’autres marques qui font des chaussures parfois plus raffinées esthétiquement parlant que des CLBT.
    je pense que quand on voit trop les produits d’une marque cela enlève un peu de son prestige, certes elles restent chères mais je ne sais pas…Selon moi la rareté provoque l’envie, et l’envie provoque la fascination…Ainsi de suite.
    Avant quand je voyais une femme avec des CLBT je me disais, P*tain elle a des CLBT, mais de plus en plus quand j’en vois, là je me dis…En fait je ne me dis plus rien.

    Enfin, peut être que je fais partie d’une minorité, mais avoir des chaussures de luxe n’a jamais été pour moi synonyme de réussite. Car actuellement si une fille désireuse de s’en offrir trouve un sponsor (référence à la chanson de T.Mari) elle peut en avoir et justement n’avoir rien fait de sa vie à part emprunter la CB de ce dit sponsor.
    Mais
    De plus, J’ai bien aimé quand tu as parlé de Dolicia Ryans/Rosa Acosta/Maino… J’ai suivi ce “beef” et j’étais d’accord avec la réponse de Rosa Acosta quand elle disait qu’elle n’a pas les moyens de s’acheter des louboutins sachant que l’argent qu’elle gagne, elle en envoie une partie à ses parents rester au Pays, et que si elle ne peut s’acheter que des forever 21, elle ne s’achètera que des forever 21. Mais ce qui m’a le plus choquer dans cette histoire c’est que R. Acosta ai reçu des piques de la part de gens qui ne sont pas des Has been mais qui ne sont pas A list quoi! I mean, who the hell are you!

    PS : Merci pour tes articles, C’est un peu bête à dire mais j’apprends des choses

  12. LOLA

    Ps: Parfois, je vais faire un tour sur ton Twitter (es discussions y sont intéressantes) même si je n’ai pas de compte et ça m’a fait plaisir que tu apprécies mes commentaires. Je te dirais pas merci pour le fait d’apprécier mes commentaires mais parce que tes articles comme ceux de Coco sont pertinents.

    Pour en revenir une fois pour toute sur louboutin et tout, même si j’ai pointé le fait que Louboutin pourrait perde son prestige, il ne le perdra qu’à nos yeux, nous, LA MASSE qui n’est pas une clientèle régulière, bien que potentielle (J’ai une paire de Pigalle mais c’est la seule, bien la seule que je garderais..donc potentielle, pour moi, c’est fini).
    Louboutin doit comme Vivier ou les autres bénéficier d’une clientèle classique composée de socialites et autres reines qui peuvent se faire faire des Custom Made par l’ami Christian!

    Et là, en écrivant ce commentaire qui devait être court mais qui sera interminable, je me dis que voila pourquoi les Zanotti et les autres n’auront peut être pas le même succès que Louboutin.
    Louboutin est le chausseur d’une élite tout d’abord avant d’être celui des stars. Exactement comme Roger Vivier ou Manolo.
    Zanotti était d’abord le Chausseur des stars (Beyonce)avant de connaitre un succès international grace à Balmain.

    Kirkwood et Olympia sont des exemples à regarder de prêt car, là, ils font deja parti d’une élite et leurs noms sont encore très encrés dans cette élite qui est le petit monde de la mode.
    :D

  13. Bescherelle

    Cendrillon, originellement, a toujours porté des chaussures de vair… La querelle des modernes et des anciens étant passé par là! J’ai bien lu votre post.

  14. Incog

    Très bon article. Merci Maybach de poser les bonnes questions!
    Sinon, je suis d’accord avec la majorité des intervenants. Comme quelqu’un l’a dit plus haut, “avoir des chaussures de luxe n’est pas synonyme de réussite”. Porter des Louboutins n’est plus vraiment un synonyme de réussite, je connais pas mal de personnes de mon entourage qui en possèdent dont des collègues. Porter des Louboutins est plus devenu un signe de m’as-tu vu, tout le monde connait une personne de son entourage qui préfère mettre tout son salaire dans une paire de chaussures griffées plutôt que de se nourrir correctement. On vit tellement dans une société d’apparences trompeuses, combien de chanteuses ou de rappeuses vantant telle ou telle griffe que tu apprends plus tard qu’elle est en banqueroute ou que la maison qu’elle exhibe dans “Cribs” appartient à sa maison de disques. Je pense aussi que Louboutin est en train de devenir une marque bling bling, cf la plupart des célébrités qui en portent, les kardashian et autres c-list, d-list celébrités qui ne sont nullement des références en matière de mode.
    Ce phénomène m’en rappelle deux, celui de Lacoste avec la dévalorisation progressive de la marque, ensuite celle de Dior avec ses fameux sacs en forme de “D” que toutes les fly girls des cités portaient en faux et en très bien imités.

  15. eli

    moi les louboutins au départ j’aimais bien et puis ca a commencé a se démocratiser, toutes les stars, starlettes wannabes et autres inconnus portent des Louboutins !!! C’est hallucinant, du coup ca a perdu tout son charme pour moi et aujourd’hui Louboutins = cheap, tous les posers et les pseudos en ont ! Pas pour moi Christian désolée!

  16. MayBach Carter Ewing

    Merci à toutes pour vos interventions, çà enrichit le “débat” si j’puis dire !

    @Lola : Merci ( et de rien ) !! Cà fait toujours plaisir de lire tes commentaires, on en apprend toujours et puis c’est gratifiant pour moi ;) Et merci pour Fblack par ailleurs !!

    @Bescherelle : comme je l’ai expliqué sur Twitter, je parle non pas de la version originale signée PERRAULT ( dans ce cas il s’agit bien sûr du soulier de VAIR cf. Baudelaire ). Je parlais de mon enfance, et comme des millions de petites filles, c’est la version DISNEY que j’ai vu et dans cette version, il est question d’un soulier en VERRE ( on a utilisé du verre à la place du vair parce que çà n’était pas très éthique de laisser des chaussures en fourrure d’animal dans un conte pour enfants, Disney aurait sûrement reçu pas mal de plaintes et même en termes d’image, c’est juste suicidaire ).

    Pour répondre globalement aux autres commentaires : je pense que la transition de fille à femme a plusieurs formes. Nous sommes ( en tout cas pour moi ) issues d’une génération où le Girl Power est toujours très présent, on chante l’indépendance des femmes etc Dans ce contexte, le 1er appart, le 1er salaire, la 1ère fiche de paie a un caractère particulier. Bien sûr, une paire de chaussures qui coûte 1000 euros ou plus c’est futile et superficiel…A PRIORI. Mais justement, pas tant que çà. C’est pour moi une manière de matérialiser le fait d’avoir changé de statut social ( passer d’étudiante dépendant des parents à jeune femme qui s’assume ). Bien sûr, je parle de chaussures, mais pour d’autres ce sont des sacs, d’autres des bijoux etc..

  17. MayBach Carter Ewing

    Beaucoup d’entre vous mentionnent la VULGARISATION de Louboutin… Moi je me demande si c’est encore jouable de “sauver” la marque ou si c’est trop tard pour faire marche arrière ? Et puis est-ce que c’est vraiment dangereux pour Louboutin ? Ya des marques qui ont toujours été très BLING BLING et qui existent encore…

  18. LOLA

    @Maybach: Je suis plus que flattée là. Et en reposant tes questions, tu me tentes….

    Je me demande simplement si la marque doit être “sauvée”. Nous avons une vision presque très francaise-classique de la mode. Et Louboutin est une marque francaise d’heritage classique qui connait surtout un succès incroyable aux USA, ASIE et RUSSIE. Donc, sa mode est devenue de ce fait très américaine (pour le meilleur:http://1.bp.blogspot.com/_Fm1xqwSpKto/TO-hAbRtXQI/AAAAAAAAABQ/U8YEt_mA9gw/s1600/gal_louboutin-1.jpg, comme pour LES PIRES:http://2.bp.blogspot.com/-4sOgIhGrUQ4/TahLRPhpvEI/AAAAAAAACtA/F5PeWf24yEA/s1600/Christian-Louboutin-Lady-Peep-Spikes-150-Pumps.jpg ; http://www.talkshoes.com/images/2011/03/Christian-Louboutin-5.jpg)
    Il doit assurer la pérennité de son entreprise et doit tout faire pour séduire les américains en manque d’accessoires « EDGY » (jaime pas ce mot) ou de « SWAGG » au dépend d’un certain esthetisme et d’une image de marque.
    Et puis, on aurait pût dire qu’il pouvait sauver sa marque en choisissant les personnes qui la porterait mais, Mr n’offre pas ses chaussures. Donc, toutes les stars qui portent des Louboutin les ont achetées et on se retrouve avec cette image déplorable.
    Le choix d’une égérie est très important car il peut éviter à une marque de virer Bling Bling et/ou de limiter les dégâts et ça, Mr ne sait pas le faire.
    Quand il choisit de nommer une paire au nom de Lively, on se demande où il veut en venir. Créer une paire de chaussure en l’hommage d’une hypothétique star de serie TV pour ado n’est pas la meilleure stratégie pour installer une image luxueuse et durable pour sa marque (elle se tape une campagne Chanel mais, ça c’est autre chose. Le Karl est le roi du marketing et arrive bizarrement à tout contrôler).
    Dans “MARC JACOBS & LOUIS VUITTON”, Loic prigent disait que Murakami hésitait, après la collabo, entre modestie et Ego trip car il devenait une star et signait des sacs devant des groupies en manque de LV. C’est applicable chez Louboutin. Ce banal chausseur se retrouve à signer des sacs et chaussures; Quand il va dans une boutique, il se retrouve avec une queue immense de furies et de fashionistos; Il se fait inviter aux mariages des stars du R&B, a des Chansons à son nom et se paye même le luxe d’attaquer, narguer et ridiculiser YSL, marque d’un grand et puissant groupe de mode.

    Ce n’est donc pas nécessaire de sauver Louboutin même si il est trop tard pour revenir en arrière. De toutes les façons, il n’y peut rien.
    Il a critiqué les Kardashian il y a quelques temps mais elles continuent de consommer.
    LE FAMEUX ARTICLE: http://nymag.com/daily/fashion/2010/11/christian_louboutin_blames_the.html

    Pour les marques Bling Bling, c’est encore différent car Louboutin, ce sont des chaussures et des sacs. Les autres marques ont d’autres activités qui leur permettent de limiter les dégâts.

  19. Jujunissa

    Bonjour,
    je pense que l’on peut se payer une fois dans sa vie une paire de louboutin, sans pour autant devoir ,manger des pates tt les jours. on peut aussi avoir envie d’acheter une paire pour une occasion particuliere. c’est pas tout le temps le m’as tu vu qui motive. On peut eventuellement se faire plaisir a soi meme sans vouloir forcement se la peter ou faire style d’etre ds une classe sociale elevee. c’est pas de la pretention.

  20. Aurélia

    Les C.L. sont synonyme de richesse, de réussite sociale. On se dit “un jour, je gagnerai assez pour me payer pleins de louboutins, de it bags, etc.”
    Cela est aussi véhiculé par la société, les people et les magazines.
    Mais le problème avec tous les it c’est que ça ne dure que deux mois. Tout devient très vite has been.
    Après, les louboutins se doit être horrible à porter mais ça galbe super bien les jambes.

  21. Luciole80

    J’aime le fait que les stars mettent des Louboutin car ayant les pieds sensibles, ça me console de ne pas être une star.

  22. Kourtney

    Petite je voyais ma mère portais des Louboutins et je rêvais du jour où elle m’emmènerais dans une de leur boutique pour m’acheter ma première paire. Maintenant j’ai 18 ans et je dois dire que je trouve cette marque d’une vulgarité rarement atteinte dans le milieu du luxe et je trouve cela déplorable. J’ai une ou deux paire de Louboutins je l’accorde, cependant je préfère Jimmy Choo, Manolo Blahnik, ou Nicholas Kirkwood aux semelles rouges devenues en peu de temps la cible de trop de contrefaçons et d’un engouement inapproprié.

  23. de kermenguy capucine

    Certains modèles louboutin sont très vulgaires. Une chose est sure : l’accueil réservé dans les boutiques parisiennes est glacial, et malheur à celle qui ne correspond pas aux”critères du moment”à moins bien sûr que son compte en banque soit bien approvisionné. C’est justement le reproche que l’on peut faire à louboutin, le luxe ne veut pas forcément dire mauvaise éducation, chez chanel on est toujours bien accueillis même si on achète rien

Postez un commentaire

You may use the following HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>